Le principe de fonctionnement

Une Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne est un partenariat entre un groupe de consommateurs et une ferme, basé sur un système de distribution de « paniers » composés des produits de la ferme. C’est un contrat solidaire, basé sur un engagement financier des consommateurs, qui payent à l’avance une part de la production sur une période définie collectivement.

Les AMAP se fondent sur un contrat dont les objectifs sont d’offrir :

  • au paysan, une garantie de revenu.
  • au citoyen responsable, une éducation à l’environnement, au goût et aux problématiques de production agricole.
  • au consommateur, des aliments frais, de saison, souvent biologiques, produits à partir de variétés végétales ou races animales de terroir ou anciennes.
  • un prix équitable pour les deux partenaires.

Ce sont également des animations sur la ferme, favorisant le dialogue social de proximité, l’éducation au goût et à l’environnement.

Elle a pour objet de lier un groupe de consommateurs à un agriculteur local dans le but :

  • d’offrir au consommateur des aliments de bonne qualité gustative, frais, de saison, sans produits chimiques ou pesticides de synthèse.
  • de garantir à l’agriculteur et aux consommateurs un prix équitable défini en partenariat.
  • de favoriser un dialogue social autour du goût, de la biodiversité, de l’utilisation du foncier, de la lutte pour l’emploi… et une économie solidaire à l’échelle d’une ferme et du territoire dans lequel elle est implantée.

Côté producteur :

  • engagement économique : fournir périodiquement des produits de qualité selon les termes du contrat.
  • engagement associatif : s’investir dans un partenariat humain avec le groupe AMAP (rôle pédagogique, information, animation).
  • engagement de transparence : sur la vie de l’exploitation (situation économique, origine des produits fournis, méthodes agronomiques utilisées).

Côté consommateur :

  • engagement financier : achat à l’avance d’une partie de la récolte sur une période donnée.
  • engagement économique et moral : solidarité avec l’agriculteur dans les aléas de la production.
  • engagement associatif : participation des adhérents à la vie de la structure (distribution, animations, gestion des adhérents, communication…).